la voie du jaguar
informations et correspondance pour l’autonomie individuelle et collective

Accueil > essais et documents > appels et déclarations > De nouvelles terres pour de nouveaux projets sur la ZAD de (...)

De nouvelles terres pour de nouveaux projets
sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes

mercredi 4 octobre 2017, par ZAD

Manifestation, chantiers, balades, discussions, fête

Samedi 21 octobre, rendez-vous fourche en main à 10 heures sur la ZAD

Le 21 octobre, nous vous invitons à une mobilisation pour continuer à poser les bases d’un avenir sans aéroport, à travers une nouvelle étape dans la mise en partage de terres sur la ZAD.

À l’initiative de COPAIN 44, de Sème ta ZAD, d’habitant·e·s et d’opposant·e·s au projet.

Depuis la victoire face à l’opération César en 2013, le mouvement a mis en culture plus de deux cents hectares de terres sur la ZAD. Il s’agissait à chaque fois de terres reprises à celles gérées par AGO-Vinci et destinées par cette multinationale à être englouties sous le béton. S’y sont développées une grande diversité d’activités paysannes (céréales, légumineuses, maraîchages, plantes médicinales, verger, jardins, apiculture, élevage de moutons, vaches, poules), avec leurs espaces de transformation (boulangeries, meunerie, conserverie...) et de redistribution (marché à prix libre pour les habitant·e·s de la ZAD et des voisin·e·s des alentours, soutien à des projets de cantines, migrant·e·s, piquets de grève et autres luttes).

Sur la ZAD, ces expériences paysannes sont étroitement entremêlées avec les pratiques d’autonomie sur des questions de construction, d’habitat, de soin, de fête... Elles sont prises dans la résistance contre le projet d’aéroport et plus généralement dans les solidarités qui se tissent ici face à la marchandisation de nos vies et à la destruction du vivant. Elles se pensent en lien avec le soin du bocage — de sa faune et de sa flore — que nous avons réussi à défendre victorieusement jusqu’ici.

À l’occasion du 21 octobre, nous vous appelons à soutenir l’installation de plusieurs nouveaux projets sur les terres de la ZAD — officiels ou hors cadre : vergers pour des groupements d’achat nantais et pour la ZAD, pâturages à moutons, champs de patates, céréales, jardins vivriers... Ce sera aussi l’occasion de marquer la prise en charge par le mouvement des espaces boisés — forêts et haies de la ZAD.

Dans le contexte de la médiation qui finira en décembre et à l’issue de laquelle le nouveau gouvernement est censé trancher sur la question de l’aéroport, cette journée de mobilisation est là pour rappeler notre détermination intacte à empêcher ce projet. Nous y redirons notre aspiration commune, après l’abandon, à poursuivre le processus de prise en charge à long terme des terres de la ZAD, pensées comme un bien commun de la lutte. Celles-ci doivent être gérées par une entité issue du mouvement pour de nouvelles installations et non aller à l’agrandissement d’exploitations existantes. Il s’agit de réaffirmer ensemble le 21 octobre que les formes de vie, de lutte, d’agriculture et d’activités qui se sont construites sur ce bocage au fil des années doivent pouvoir s’y maintenir et se poursuivre.

En pratique

La journée du 21 octobre commencera par une manifestation, outils agricoles en main, jusqu’à certaines des terres nouvellement investies.

Après un pique-nique, tout le monde sera convié à participer à des chantiers agricoles, de construction et autres sur les terres nouvellement investies, ainsi qu’à des balades aux alentours.

Des discussions auront aussi lieu pour échanger sur les enjeux actuels et les suites du mouvement. La soirée se poursuivra avec des cantines, un bar et des concerts.

Pour plus d’infos sur le déroulé précis de la journée : zad.nadir.org

Invitation aux comités, organisations, collectifs, individus
qui luttent de près ou de loin contre l’aéroport et son monde

Dimanche 22 octobre de 10 à 17 heures à la Wardine

D’ici à la fin de l’année, le gouvernement devrait annoncer une décision concernant le projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes sur la base du rapport que lui remettront les médiateurs. Si le projet devait se maintenir, plus que jamais nous aurons besoin de nous retrouver et de nous organiser face à un éventuel démarrage des travaux. Et si celui-ci devait être abandonné, au-delà de la formidable victoire que cela signifierait pour le mouvement, beaucoup resterait à faire pour défendre l’avenir de la ZAD ! Depuis le début de la médiation, la possibilité de l’abandon du projet d’aéroport est évoquée comme une hypothèse plausible. Certes, rien n’est gagné et nous restons vigilant·e·s, mais il s’avère essentiel pour le mouvement « contre l’aéroport et son monde » de réfléchir ensemble de façon plus approfondie à la période à venir et à la suite de la lutte.

Mi-décembre, Macron prévoit d’organiser un événement pour les deux ans de l’accord de Paris sur le réchauffement climatique (COP21), il pourrait annoncer durant cette période l’abandon du projet et s’ériger en défenseur du climat. En cas d’abandon, le gouvernement fera tout pour tirer la couverture à lui tout en essayant de se débarrasser de la ZAD. Ce sera alors au mouvement dans son ensemble de rappeler que cette victoire est le fruit d’une lutte de longue haleine, qui s’est d’ores et déjà étendue au-delà de la question de l’aéroport. Mais le rapport de force avec le gouvernement ne s’arrêtera pas là. Une nouvelle étape de la lutte s’ouvrira autour de l’avenir de la ZAD et de ses possibles.

L’histoire de la lutte contre l’aéroport et son monde nous montre qu’il est possible de reprendre la main face aux gouvernant·e·s ; les empêcher de nous voler la victoire, c’est contribuer à ce que d’autres luttes en fassent de même.

Une fois l’aéroport abandonné :

● Comment lutter ensemble pour l’avenir de la ZAD, la soutenir après l’abandon ?
● Comment continuer à habiter ce territoire, même de loin, et continuer à s’y impliquer ?
● Quelles actions mener ensemble dans les temps à venir ?
● Comment participer à renforcer d’autres luttes depuis le mouvement anti-aéroport ?

On vous propose de se rassembler pour en discuter le 22 octobre, de 10 à 17 heures, au lendemain de l’action « reprise de terres ».

Les propositions et suggestions pour ce temps de discussion sont également les bienvenues !

Infos logistiques

● Il est possible de rester dormir sur la ZAD dans la nuit du 21 au 22 octobre, pour cela prévenez-nous pour que l’on organise au mieux les couchages en dortoirs : intercomiteszad@riseup.net
● Un repas est prévu pour le midi du 22 octobre, mais n’hésitez pas à apporter vos spécialités culinaires à partager (la Wardine est un lieu végétarien, merci de le respecter).

À venir prochainement, l’ordre du jour détaillé de cette journée.

Source : zad.nadir.org
octobre 2017.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

SPIP | Ouvaton.coop | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0