la voie du jaguar
informations et correspondance pour l’autonomie individuelle et collective

Accueil > essais et documents > récits et témoignages > Finca Somonte, la terre à ceux qui la travaillent

Andalousie

Finca Somonte, la terre à ceux qui la travaillent

dimanche 22 avril 2012, par Jean-Pierre Petit-Gras

Vers l’ouest et le nord, l’horizon est barré par les lignes sombres de la Sierra Morena [1], derrière lesquelles le soleil, après cette chaude journée d’avril, s’est enfin décidé à se glisser. Avant l’assemblée des occupants, où seront prises les décisions concernant les prochains jours, la responsable de la cuisine, María, nous livre quelques bribes de sa vie. Elle évoque les siens. Son grand-père paternel, que les phalangistes sont venus chercher un soir à la maison familiale... On n’a jamais retrouvé son corps. Son père, à qui les contremaîtres des señoritos [2] ne donnaient pratiquement pas de travail, à cause de sa tendance à réclamer son dû, arrêté un jour qu’il venait de voler un sac de pommes de terre. Il fallait bien donner aux gosses quelque chose à manger. Les gardes civils l’ont tabassé et lui ont brisé le bras à coups de crosse de fusil. Il est resté définitivement manchot. Sa mère est morte, faute de médicaments, alors qu’elle était encore toute petite.

Pourtant, María est aujourd’hui tout sourire.

Depuis le 4 mars dernier, la Finca Somonte, à Palma del Río (province de Cordoue), est occupée par des jornaleros (ouvriers agricoles journaliers) organisés au sein du SOC/SAT (Syndicat des ouvriers de la campagne). María en fait partie. Avec Lola, Susana et quelques autres, elles sont à la fois l’âme du mouvement, et les organisatrices inlassables des activités : préparation d’un champ, que l’on va débarrasser de tonnes de cailloux [3] pour y semer des piments de piquillo, nettoyage de l’un des puits, où il faudra descendre pour en retirer des dizaines de seaux de boue, plantation d’oliviers, travail du potager, créé dès le premier jour de l’occupation et dont les premières rangées de laitues, d’oignons, de haricots et de tomates témoignent d’un savoir-faire évident...

Le cortijo Somonte est une finca de 400 hectares (dont 40 irrigués) appartenant à la Junta de Andalucía, le gouvernement local dirigé par le PSOE. La Junta a décidé la vente aux enchères de 20 000 hectares de terres. Au prix moyen de l’hectare, seules de grosses fortunes ou des entreprises importantes peuvent emporter le morceau.

Cette occupation répond donc à une situation insoutenable et scandaleuse : plus de 32 % de la population andalouse est au chômage [4], alors que d’immenses propriétés, « appartenant » à des aristocrates ou à des fonds d’investissement, se consacrent à l’agriculture d’exportation, à la chasse ou encore à des activités de façade qui leur permettent de bénéficier des subventions de la communauté européenne.

L’exigence de ces ouvriers agricoles n’est pas de toucher les indemnités de misère (420 euros mensuels pendant un maximum de six mois, à condition de justifier d’au moins trente-cinq journées travaillées), mais de pouvoir travailler. Et leur mouvement pose clairement la question historique de la propriété de la terre. L’Andalousie bat en effet tous les records en matière d’inégalité d’accès au foncier. Le latifundisme, ce régime de grande et très grande propriétés, dénoncé depuis plus de cent ans [5], s’est encore accentué ces dernières années. En effet, aux aristocrates traditionnels sont venus s’ajouter les investisseurs qui voient dans l’extension de la monoculture d’exportation (olivier, coton, agrumes, fraises ou maraîchage), ou bien dans la collecte des subventions européennes, l’occasion de s’enrichir un peu plus.

La spéculation, la mécanisation, et les politiques suivies par les gouvernements qui se sont succédé aussi bien à Madrid qu’en Andalousie (où le PSOE est au pouvoir depuis les premières élections qui ont suivi la mort de Franco) ont eu pour résultat d’accroître l’exode rural. Mais toute la population n’est pas résignée pour autant, comme en témoignent les luttes menées à la fin des années 1970 par le SOC et qui ont abouti à l’occupation des terres du duc de l’Infantado à Marinaleda, dans la province de Séville, et à la constitution de coopératives qui ont pu redonner dignité et travail, ainsi qu’un minimum d’autonomie aux jornaleros qui s’y sont impliqués.

C’est dans leur culture ancestrale que les jornaleros puisent leur détermination. L’attachement pour la terre, chez ces gens qui ne sont pas propriétaires, le désir d’y rester pour en vivre, leur fait retrouver l’aspiration historique au bien collectif (« la propriété privée, c’est le vol », nous martèle Lola, porte-parole du syndicat de la province, « et la terre c’est comme l’air et l’eau, cela ne peut appartenir à personne »). Leur capacité à travailler et vivre ensemble, jointe à une gaieté permanente qui les aide à se rire des pires difficultés est une force. Parfois jaillit d’une poitrine une copla improvisée de cante jondo, ce chant profond qui dit les bonheurs et les peurs, les obsessions et les émerveillements d’un peuple issu du métissage complexe où se mêlent sang visigoth et normand, mémoire gitane et maure...

Un groupe de jeunes de Cordoue vient d’apporter une trentaine de poules, deux coqs et une brouette neuve... Aussitôt, on se met à agrandir le poulailler, pendant qu’un groupe finit d’installer le goutte-à-goutte dans le potager...

Vendredi 13 avril : un juge vient de décider, suite à la requête de la Junta socialiste, l’expulsion de Somonte. Les jornaleros appellent à résister, à venir avec vivres, tentes et sacs de couchage.

Les grands quotidiens, la radio et la télévision rassurent les citoyens : le roi Juan Carlos, qui s’est fracturé la hanche en tombant d’un escabeau, alors qu’il chassait l’éléphant au Botswana, va beaucoup mieux.

Quelqu’un a amené un chevreau à la finca. Rejeté par sa mère, il a failli mourir de faim, subi une infection intestinale, et sa santé demeure précaire. Il est incapable de se relever s’il tombe, et ne peut s’alimenter seul. Lola et María, comme si le travail ne leur suffisait pas, ont entrepris de le soigner. Sous le regard mi-goguenard, mi-attendri des hommes. « Bien sûr qu’il va s’en sortir », dit Lola en riant. « C’est comme nous, ici à Somonte, on va tous s’en sortir. »

Pour soutenir les jornaleros de Somonte, on peut écrire au président de la Junta de Andalucía, Sr José Antonio Griñán, sur le site juntadeandalucia.es/organismos/presidente/correo. Sans oublier de les mettre en copie à l’adresse suivante : somontepalpueblo(at)gmail.com

14 avril 2012,
Jean-Pierre Petit-Gras

Source : Atenco sur Mediapart, le 16 avril 2012.

Notes

[1On pourrait traduire par « montagne brune ».

[2Les señoritos - petits messieurs - sont les latifundistes, héritiers des « grandes » familles qui accaparent la terre.

[3Il s’agit de galets, que les Andalous appellent lijeñas, charriés jusqu’ici par un Guadalquivir qui a dû être énorme.

[4Il s’agit de chiffres officiels (ine.es/daco/daco42/daco4211/epapro0311.pdf), publiés par l’INE, équivalent espagnol de l’INSEE. Dans la province de Cordoue, le taux de chômage atteint les 34 %. Chez les jeunes de moins de vingt-cinq ans, il dépasse les 50 %.

[5Le latifundisme a ses partisans, qui l’expliquent - sans rire - par le fait que le climat particulier (les énormes chaleurs estivales, la douceur hivernale) empêcherait la plupart des individus de réfléchir en été, et les rendrait paresseux en hiver...

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

SPIP | Ouvaton.coop | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0