la voie du jaguar
informations et correspondance pour l’autonomie individuelle et collective

Accueil > essais et documents > appels et déclarations > Après l’exposition « pARTage » sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes

Après l’exposition « pARTage » sur la ZAD
de Notre-Dame-des-Landes

mardi 18 avril 2017, par ZAD

Compagnon·ne·s zapatistes,
Compagnon·ne·s du Congrès national indigène
et de la Sexta internationale,

Nous accueillons avec beaucoup d’émotion l’exposition « pARTage », ces œuvres que vous nous faites parvenir, témoignent de l’espoir que vous semez sans relâche autour de vous, pour que s’épanouissent des mondes fertiles. Une fois encore votre générosité nous inspire !

Malgré la distance géographique et temporelle, notre lutte sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes se rapproche modestement du combat d’Emiliano Zapata et des revendications de Ricardo Flores Magón : « Terre et Liberté ». La liberté pour toutes et tous de pouvoir vivre sur cette Terre, sans domination, sans exploitation, sans persécution, sans discrimination et sans frontières entre nous. Mais toutes ces aspirations indispensables à la coexistence des milliards d’êtres humain·e·s et du monde vivant demandent un mode d’organisation collective exigeant, respectueux des autres, conscient de notre relation avec l’ensemble du monde. Partout, le simple droit de vivre est devenu un combat permanent, au sein même de l’hydre capitaliste qui dévore toutes les énergies et dévaste nos conditions de vie. Compagnon·ne·s, grâce à l’insurrection que vous menez depuis 1994, l’autonomie zapatiste est devenue un exemple concret montrant qu’il est possible de prendre notre destin en main et que la solidarité et l’intelligence collective permettent d’élaborer une vie cohérente, qui a du sens pour tou·te·s. À notre échelle sur la ZAD, nous apprenons à vivre ensemble, à nous écouter pour avancer, à lutter pour défendre la liberté d’exister des humain·e·s dans leur diversité mais aussi de la faune, de la flore, des terres nourricières, de l’eau, de l’atmosphère... tout ce qui est simplement vital.

Par-delà la richesse humaine du monde multicolore que vous nous faites parvenir, nous avons reçu l’appel qui accompagne cette exposition : « En haut les murs, en bas (et à gauche) les brèches ». Cet appel à soutenir les personnes en exil, où qu’elles soient, où que nous soyons et par les moyens dont nous disposons, est d’une acuité primordiale et fait écho à la situation tragique des personnes qui risquent leur vie et qui la perdent en tentant de rejoindre l’Europe forteresse, bâtie sur leur sang et celui de leurs ancêtres. Nous qui sommes né·e·s de l’autre côté d’un mur ou d’une mer d’inhumanité nous devons nous battre de l’intérieur contre ce monstre d’égoïsme qu’est le capitalisme… Nous avons conscience d’être descendant·e·s d’une civilisation qui a dévasté le monde et continue à le faire, par les guerres, la colonisation, l’esclavage, la domination économique, le pillage des ressources naturelles, l’incompréhension des équilibres écologiques et nous sentons la responsabilité de devoir participer à stopper ce système avant qu’il finisse de tout détruire. En réponse à votre appel, nous cherchons les moyens de venir en aide à nos sœurs et frère en exode pour leur permettre de trouver ici un peu de réconfort et essayer de retrouver ensemble espoir dans ce monde. Comme vous l’avez initié en créant le réseau de la Sexta, c’est en nous liant les un·e·s aux autres que nous pourrons briser les frontières artificielles des États-nations décadents. Pour continuer à tisser des réseaux entre bases d’accueil et de lutte contre tous les totalitarismes, nous avons commencé, la semaine dernière, le chantier de l’AmbaZada, une « cabane intergalactique » dédiée à connecter toutes nos luttes par-delà les frontières. Le projet est porté par des représentant·e·s du peuple basque et nous espérons qu’il sera rejoint tout l’été par des gens du monde entier. Ici comme à San Salvador Atenco nous luttons, entre autres, contre la standardisation du monde par les aéroports internationaux, mais nous sommes une base cosmopolite et nous serions heureux de vous accueillir !

Nous vous remercions pour l’exposition, pour la luminosité de vos idées et pour votre café qui nous remplit de rêves éveillés. Enfin, nous souhaitons rendre hommage à tant de vos compagnon·ne·s qui sont tombé·e·s pour la liberté de tou·te·s, comme ç’a encore été le cas à Arantepacua au Michoacán.

La lutte continue !

Source : zad.nadir.org
17 avril 2017.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

SPIP | Ouvaton.coop | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0