la voie du jaguar
informations et correspondance pour l’autonomie individuelle et collective

Accueil > essais et documents > récits et témoignages > Grève nationale des producteurs de café en Colombie

Grève nationale des producteurs de café en Colombie

mercredi 13 mars 2013, par ACIN

Nous avons vu les paysans occuper les routes du pays, prêts à affronter n’importe quelles conditions climatiques, à mettre de côté le travail dans leurs parcelles, à affronter la faim, mais toujours dans l’optique d’exiger des conditions de travail décentes pour ceux et celles qui ont permis au pays de croître depuis plus de quatre-vingts ans. Nous les avons vus exposer clairement leurs revendications en cinq points qui démontrent que la crise n’est pas seulement celle du secteur du café mais celle de toute l’agriculture, tout en mettant en évidence que le modèle économique et ses politiques sont la principale cause de cette crise généralisée dans le pays. Nous avons été témoins du soutien de la population qui continue de rejoindre la grève chaque jour plus fort.

Les producteurs de cacao se mobilisent aussi. Jour après jour se sont unis au mouvement de plus en plus de paysans dans d’autres départements. Au quatrième jour de grève, il y a déjà, dans le département du Cauca, quatre points de blocage routier. Les camionneurs et le mouvement indigène ont rejoint la lutte. D’autre part, dans les villes et les villages, ailleurs que sur les routes, se manifeste la solidarité avec les grévistes, par des initiatives de soutien aux personnes qui résistent sur les blocus, grâce à des collectes de vivres et de produits de toilette.

La grève des producteurs de café n’a pas seulement développé la solidarité, mais, surtout, elle a réveillé les consciences dans tout le pays. « Cette mobilisation explosive et puissante a toutes les caractéristiques de l’insurrection des villageois et artisans de Socorro en 1789 ; elle ressemble aux récentes manifestations des indigènes dans le Cauca qui ont donné lieu à l’expulsion des militaires à Toribio », écrit Horacio Duque. Mais, face à l’indignation croissante et généralisée, le gouvernement continue de faire comme s’il ne se passait rien, comme si la grève n’avait pas de sens, et en écho à sa position, les médias de masse focalisent l’opinion publique sur la démission du pape.

Le gouvernement non seulement a ignoré les revendications des paysans producteurs de café mais en plus, il les attaque et les crible de balles. Face à cette mobilisation pacifique, massive, soutenue par différents secteurs et totalement cohérente, le gouvernement a donné une réponse réellement sauvage. L’Esmad [escadron mobile antiémeute, équivalent des CRS en France] a attaqué de manière brutale les manifestants, et à Garzon, dans le Huila, a causé la mort d’un manifestant et laissé des dizaines de blessés. Jour après jour, les personnes mutilées et les blessés sont de plus en plus nombreux sur tous les lieux de blocage des routes du pays. Comme si cela ne suffisait pas, ils ont aussi envahi leurs campements, ont brûlé leurs vivres, les tentes, les marmites et ont mangé leurs réserves. La manière de procéder de l’Esmad est totalement grotesque et misérable, on dirait que beaucoup oublient qu’ils agissent au nom du gouvernement.

Le journal de RCN [chaîne de télévision nationale] du vendredi midi, montre des informations internationales concernant l’abus des autorités policières en Afrique, qui ont frappé et traîné sur le sol une personne, jusqu’à causer sa mort. L’information est présentée de manière isolée, comme du jamais vu auparavant, comme si dans ce pays ça n’existait pas, comme si ici, l’Esmad n’existait pas. L’Esmad, créé en 1999 en Colombie, est une entité de « contrôle » qui existait déjà dans d’autres pays pour réprimer le droit à la manifestation. Comme au Pérou, en Argentine ou au Chili, entre autres, dans ces pays où, comme en Colombie, prédomine un modèle économique de spoliation qui s’impose par les politiques gouvernementales.

Aux dernière nouvelles, autour des points de blocage des producteurs de café dans le Cauca, la présence des forces de l’Esmad a considérablement augmenté. Mais cela n’effraie pas les manifestants qui au contraire viennent de plus en plus nombreux. De plus, les consciences se sont réveillées dans d’autres secteurs. En témoigne à Bogotá et dans d’autres villes du pays la manifestation contre le système de santé actuel. Des fonctionnaires de santé, des médecins, infirmiers, étudiants et patients se sont mobilisés contre ce système qui ne soigne pas, mais tue.

Un système nuisible, depuis l’attention déshumanisée dans les centres des entreprises prestataires de santé (EPS), l’attente pour les consultations, le manque de temps pour établir un diagnostique sérieux, jusqu’au refus d’accès au Plan obligatoire de santé (POS) [permet l’accès général à la santé]. Mais aussi l’impossibilité de réaliser les traitements nécessaires puisque de nombreux patients se voient obligés de couvrir par leurs propres moyens les frais des traitements qu’ils devraient recevoir de la part des EPS. Des médecins obligés de prescrire certains médicaments au lieu de ceux qui seraient nécessaires. Des patients dont les maladies s’aggravent du fait de ne pas avoir été reçus à temps, qui meurent en faisant la queue pour demander un rendez-vous, qui meurent car les traitements dont ils avaient besoin n’étaient pas couverts pas le POS.

Les patients n’ont pas à mendier leurs droits, les médecins et fonctionnaires de santé n’ont pas à faire passer les règles du commerce des EPS au-dessus des critères médicaux et éthiques. Les gens sont descendus dans la rue pour dénoncer les abus concernant leurs droits fondamentaux de la part d’un système qui a séquestré la santé et l’a convertie en commerce.

Au Pérou, les paysans de Cajamarca n’ont pas baissé la garde face aux attaques de la compagnie minière Anglo Gold Ashanti et de ceux qui prétendent discréditer leur lutte légitime pour faire cesser l’exploitation minière sur leur territoire. Le gouvernement approuve ouvertement la venue d’une entreprise minière dont la mauvaise réputation est connue dans le monde entier, du fait des constantes violations des droits de l’homme qu’elle commet, et ose persécuter les paysans qui protègent la plus grande partie des réserves alimentaires du pays en les accusant d’être des guérilleros.

Aujourd’hui, 2 mars 2013, le président de la République et le président de la Fédération nationale des producteurs de café annoncent à travers les médias officiels la fin de la grève, après être supposément arrivés à des accords qui permettront l’augmentation des subventions du café de 60 000 pesos à 115 000 pesos colombiens [soit de 25,5 euros à 48,8 euros pour une charge de 125 kilos, pour les exploitations de moins de 20 hectares ; et 95 000 pesos (38 euros) pour 125 kilos pour les exploitations de plus de 20 hectares, le prix de vente de la charge devant être inférieur à 650 000 pesos, soit environ 276 euros]. Sans aucun doute, il s’agit là d’une stratégie de plus pour manipuler les producteurs de café et tromper l’opinion publique étant donné que l’augmentation des subventions bénéficiera seulement aux marchands de café, et que cette mesure est bien trop insuffisante face à l’ampleur du problème. Les producteurs de café ont de leur côté bien précisé que tout accord sera conditionné par l’inclusion des cinq points qu’ils revendiquent :

1. Prix rémunérateur du café ;
2. Non à l’industrie minière dans les zones de production de café ;
3. Contrôle des prix des fertilisants et des engrais ;
4. Solutions concernant les dettes et les saisies par les banques ;
5. Non à l’importation du café.

Mobilisation des producteurs de café

De plus, peu après les déclarations du gouvernement, les leaders de la grève ont démenti ses affirmations en rappelant que lors de cette réunion les vrais représentants n’étaient pas présents, tout en confirmant que les blocus continueront jusqu’à ce que soient signés les accords de la table de concertation.

Toutes ces mobilisations ne sont pas le produit d’une coïncidence, et sont loin d’être isolées. Tous et toutes nous nous reconnaissons et nous nous sentons représentés par ces secteurs qui se mobilisent pour différentes causes ayant la même origine : l’ouverture au libre commerce, les traités de libre commerce, tout ce à quoi nous nous sommes tant opposés mais qu’ils ont quand même approuvé. Un modèle économique qui ne voit pas dans les richesses naturelles et la diversité culturelle la possibilité d’un peuple souverain mais des ressources et des ouvriers de dernière classe pour les entreprises étrangères. Un modèle qui, durant les dix dernières années de gouvernement, est devenu de plus en plus agressif, cherchant à renforcer l’appareil militaire, laissant de côté l’agriculture pour mieux la livrer aux entreprises d’extraction minière, selon la ligne politique centrée sur l’économie minière défendue par Santos [président de la République de Colombie depuis 2010]. Cette grève n’est pas seulement des producteurs de café, c’est celle de tout le secteur agricole, qui remet en question le projet politique de Santos qui vise à soumettre tout un pays à vocation agricole à une économie minière.

Tejido de Comunicación
Association de cabildos indigènes du nord du Cauca
Colombie , 2 mars 2013.

Traduction et notes :
Camille Apostolo.
Source et autres informations :
Solidarité avec le peuple nasa.
Source du texte original :
ACIN Cxab Wala Kiwe.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

SPIP | Ouvaton.coop | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0