la voie du jaguar

informations et correspondance pour l’autonomie individuelle et collective


Accueil > essais et documents > appels et déclarations > Décrétons l’autodéfense sanitaire

Décrétons l’autodéfense sanitaire

mardi 19 mai 2020, par Raoul Vaneigem

La menace que le coronavirus a fait planer sur la santé des populations du monde entier a démontré que le véritable danger venait d’une dégradation des services médicaux. Cette dégradation, il n’est pas douteux que les impératifs de profit, partout prédominants, ne cesseront de l’accélérer.

Gérer les hôpitaux comme des entreprises à rentabiliser implique de sous-payer et de surexploiter le personnel, de diminuer le nombre de lits et de moyens techniques. Les grandes firmes pharmaceutiques paralysent la vraie recherche, jettent le discrédit sur les scientifiques qu’elles stipendient, interdisent des médicaments à bas prix qui ont fait leurs preuves pour vendre des vaccins douteux dont la seule efficacité garantie est l’intérêt financier qu’ils produiront.

Il va de soi que les États n’hésiteront pas à réitérer le coup des libertés restreintes, qui leur a si bien réussi. Tout en laissant se répandre les virus issus de la fonte du permafrost, ils se serviront sans scrupule du même prétexte épidémique pour confiner préventivement celles et ceux qui s’insurgent contre leur politique criminelle. Il faut dès maintenant déjouer cette manœuvre.

Il y va de notre vie et de celle de nos enfants : décrétons l’autodéfense sanitaire. Dans les rues, les villes, les campagnes, endossons la blouse blanche du personnel hospitalier. Tous aides-soignants, tous promoteurs de santé !

La morbidité de l’État et des institutions supranationales est permanente. À son encontre imposons, par la permanence et l’intransigeance de nos luttes, le droit imprescriptible à la vie.

Gilets jaunes, noirs, rouges, multicolores ne sont que les habits d’une révolution qui engage l’avenir de l’humanité. La blouse blanche est, plus qu’un symbole, une pratique. Si elle envahit les rues, comment l’État policier en viendra-t-il à bout ?

C’est aux peuples, principales victimes des mesures coercitives et des malversations budgétaires, de créer des conditions capables d’assurer à tous et à toutes la garantie d’éradiquer la maladie dont le capitalisme est le virus le plus implacable. Désobéissance civile, résistance à l’oppression, solidarité festive, y a-t-il meilleurs gages de santé ?

Nous sommes tous des aides-soignants. Le combat est partout où le pouvoir des Communes interdit les pesticides et les nuisances, réinvente l’école, les transports, les structures hospitalières, l’existence quotidienne. C’est un adage médical bien connu, que la plupart des maux se guérissent d’eux-mêmes si on leur donne suffisamment de temps. Nous sommes ce temps-là.

17 mai 2020
Raoul Vaneigem

Messages

  • Toujours un plaisir de lire Raoul Vaneigem

    Deux petits ajustement : le danger de l’actuel Sras-Cov2 réside en partie dans l’incurie et l’incompétence des dirigeants (variable selon les pays, ceux équipés de "plan pandémie ayant jusqu’à 200 fois moins de morts/millions d’habitants que les pays les plus touchés) et de la rentabilisation économique de la maladie (ce qui est un peu gênant pour penser santé publique), mais aussi du fait du comportement de ce virus qui infecte beaucoup de gens sans les rendre malades et tue facilement ceulles qui sont malades (avant tout les pauvres, les vieux,... bref, tous ceux qui, faute de santé publique, ont une santé précaire).

    Par ailleurs, la recherche n’est pas seulement victime des grands laboratoires pharmaceutiques, mais aussi de l’aveuglement des politiques qui veulent une recherche applicable pour être rentable, et des scientifiques eux même qui se sont enfermés dans des processus de recherche dogmatiques (scientisme, comme l’Evidence Based Medecine)

    Personnellement, je préfère prendre le risque de mourir en ayant vécu que d’espérer que la survie docile me laisse agoniser lentement

  • D’accord avec vous, mais nuance sur :« La menace que le coronavirus a fait planer sur la santé des populations du monde entier a démontré que le véritable danger venait d’une dégradation des services médicaux ». Mais de quelle « menace » parle t’on ? Sinon de celle fabriquée par certains intérêts et servilement relayée par les media ? Le bilan est incontestable aujourd’hui : pas plus de décès dans le monde que la moyenne d’une épidémie de grippe ordinaire, et les pays qui ont confiné ont été les plus touchés. Pas seulement en raison de la dégradation de leurs infrastructures hospitalières, mais par la concentration forcée des patients dans quelques hôpitaux, par des ordres insensés imposés par les ARS, par une pratique médicale souvent inappropriée (formatée par une pharmacie agressive), par une politique délibérée de chaos et de pénurie afin d’accréditer le narratif « pandémie gravissime », jusqu’aux médecins US forcés d’enregistrer « morts du Covid » des patients morts de toute autre maladie...jusqu’à l’interdiction de transférer les patients en EPHAD en réanimation et l’autorisation du Rivotril pour les achever..etc...
    Il ne suffira donc pas de défiler avec les soignants pour instaurer « l’auto-défense sanitaire », car c’est le rapport de chacun(e) à la maladie, la mort et la vie qui est en jeu, c’est la représentation que nous formons de la réalité, du vivant, de qui nous sommes en tant qu’êtres humains qui est engagée. L’ensemble de nos croyances est en jeu. Et malheureusement la gauche a démontré comme un seul homme son incapacité critique en la circonstance. Percevoir un virus comme une « menace » ou un « danger » montre à quel point nous sommes collectivement éloignés de la vie. Redevenir vraiment « vivants » dans nos tripes et « prendre le risque de mourir en ayant vécu » comme dit dans le commentaire précédent, n’est-ce pas notre enjeu collectif pour ne plus revivre une telle manipulation par la peur ?

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

SPIP | Ouvaton.coop | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0