la voie du jaguar
informations et correspondance pour l’autonomie individuelle et collective

En mémoire d’Abel Paz

Écoute, petit...

lundi 5 décembre 2011, par Marc Tomsin (Date de rédaction antérieure : avril 2009).

C’est de l’Andalousie que venait Diego Camacho Escámez,
Abel Paz de son nom de guerre, une des voix les plus singulières
de l’anarchie au XXe siècle.

Diego, né le 12 août 1921 à Almería (le Miroir de la mer, en arabe), s’est éteint à Barcelone le 13 avril 2009. Son extraordinaire volonté de vivre a traversé le siècle et, dans les trente dernières années, irrigué bien des lieux de résistance sur plusieurs continents. De cette enfance andalouse, entre scorpions et figuiers de Barbarie, Diego gardera ses affinités avec les Gitans et leur sens poétique de l’improvisation. La parole et l’écriture sont vite devenues les armes principales de cet insurgé viscéral qui nous lèguent une douzaine de livres essentiels, écrits en espagnol, et dont le témoignage, aussi émouvant que riche d’enseignement, a été enregistré et filmé.

On ne peut ici que donner la chronologie et brosser les grandes périodes d’une vie dressée contre la soumission et contre le destin : l’émigration à huit ans, en 1929, en Catalogne ; deux ou trois années à l’école libertaire Natura dans le quartier barcelonais du Clot ; jeune ouvrier, l’adolescence et la révolution sociale de 1936 à 1938, à Barcelone, avec la CNT, la FAI et les Jeunesses libertaires ; l’exode et les camps en France de 1939 à 1942 ; le retour en Espagne, la résistance clandestine avec la CNT contre la dictature franquiste, les longues années de prison ; le second exil en France, de 1953 à 1977, la lutte contre la maladie — tuberculose —, le travail en imprimerie de labeur, le premier livre, Paradigma de una revolución (publié en 1967 par l’AIT à Toulouse), sur l’insurrection du 19 juillet 1936 à Barcelone ; les barricades parisiennes — qualifiées de drapeaux de pavés — et l’espoir libertaire renaissant dans la lutte sociale en 1968 ; le deuxième livre, Le Peuple en armes, biographie de Durruti (publié par La Tête de feuilles à Paris en 1972), œuvre passionnée et monumentale, de recherche, d’enquête, d’écriture, élaborée pendant plusieurs années en marge de la vie d’ouvrier ; la véritable naissance d’« Abel Paz » avec ce livre qui sera traduit en de nombreuses langues dont le japonais et le turc ; le retour à Barcelone, dans le quartier de Gracia, et les trente dernières années, de 1978 à 2009, où Diego, écrivain anarchiste autodidacte (il publie encore dix livres de Mémoires ou d’essais historiques), tient porte ouverte, reçoit les visites de libertaires du monde entier et sillonne lui-même la planète (Europe du Nord au Sud, Australie et Asie) en malicieux conférencier et en inlassable voyageur toujours curieux de l’humanité.

Diego a mené un inestimable travail d’enquête continue, de mémoire et d’écriture sur la révolution espagnole qui rejoint, dans la voie de l’histoire anarchiste ouverte par Max Nettlau, celui de Voline sur la révolution russe et est parallèle à l’œuvre de compagnons et amis comme Antonio Téllez et Alexandre Skirda. Les livres de ces historiens libertaires — Max Nettlau, José Peirats, Abel Paz, Alexandre Skirda, Antonio Téllez... —, dont les recherches sont indissociables de l’engagement, donnent aujourd’hui au moins autant de force et de cohérence à l’anarchisme que ceux de ses philosophes et théoriciens, car ils témoignent de son ampleur historique et humaine. En leur ajoutant les autobiographies et les Mémoires se constitue une formidable bibliothèque libertaire, outil de transmission qui peut ouvrir de larges perspectives pour le mouvement social et réveiller son imagination. Grâce à ces efforts, le passé revit et nous appartient.

Diego fut aussi un merveilleux conteur, un griot de l’anarchie. Cette part de sa vie nous est partiellement restituée par le cinéma, en particulier par le film sensible que Frédéric Goldbronn a réalisé en 1999 dans une bodega de la calle Verdi, à Gracia. À soixante-dix-sept ans, le vieil homme médite à voix haute sur les moments intenses de la première partie de sa vie, sur la mémoire et sur l’histoire collective. Il a lui-même proposé la fin du film, simplement intitulé Diego, mettant en scène sa disparition. Le bon voisinage avec les Gitans d’Almería a pu aiguiser son sens et sa curiosité artistiques pour la musique comme pour les arts graphiques. Un concert du bluesman malgache Tao Ravao dans une cave de Saint-Germain-des-Prés fut l’occasion d’une mémorable soirée avec Diego en compagnie de son ami Pierre Lepetit. Diego a beaucoup fait pour la reconnaissance de l’œuvre du peintre et poète gitan anarcho-communiste Helios Gómez.

Edouard Waintrop, dans un bel article publié en 2001 par Libération, cite ces paroles de Diego à de jeunes libertaires en Catalogne : « Quand vous allez au café, quand vous rencontrez des gens, vous voyez bien qu’ils sont malheureux. Et vous savez bien aussi qu’ils le savent. Vous voyez bien que ce qui manque aujourd’hui entre les gens c’est la communication. C’est à vous de la rétablir. Quand les gens échangeront de nouveau sur leur vie, ils n’accepteront plus leur sort. Il faut discuter avec les gens, sans acrimonie, avec modestie. Rétablir la communication, c’est important. Moi à Barcelone, quand je vais au bistrot, je m’assieds presque toujours à la table où il y a quelqu’un qui déjeune seul. Le serveur peut tiquer. S’il demande à la personne que je rejoins son avis, elle est toujours d’accord. Rompre la solitude des gens c’est déjà beaucoup. Parler de tout et de rien avec eux, c’est énorme. »

Diego, qui a dédié le Durruti « à Jenny, pour sa collaboration constante et continue qui a rendu possible ce livre », écrit dans Viaje al pasado : « L’anarchisme est la poésie de la vie et l’amour en est sa plus haute expression. » Que l’on s’en souvienne !

Marc Tomsin
Le Monde libertaire,
avril 2009.

Diego, documentaire réalisé par Frédéric Goldbronn en 1999 à Barcelone
(en espagnol)

Bibliographie

La CNT y el porvenir de España (CNT, Toulouse, 1965) ; Paragdima de una revolución (19 de julio 1936, en Barcelona) (AIT, Choisy-le-Roy, 1967) ; Durruti, le peuple en armes (La Tête de feuilles, Paris, 1972) ; Durruti, el proletariado en armas (Bruguera, Barcelone, 1978) ; Actuación y proyección de la CNT y el anarquismo. La organización (CEL, Barcelone, 1980) ; CNT 1939-1951 (Hacer, Barcelone, 1982) ; Crònica de la Columna de Ferro (Hacer, Barcelone, 1984) ; Al pie del muro (1942-1954), Mémoires (Hacer, Barcelone, 1991) ; Los internacionales en la región española 1868-1872 (EA, Barcelone, 1992) ; Entre la niebla (1939-1942), Mémoires (EA, Barcelone, 1993) ; Chumberas y alacranes (1921-1936), Mémoires (EA, Barcelone, 1994) ; Viaje al pasado (1936-1939), Mémoires (EA, Barcelone, 1995) ; Durruti en la revolución española (FAL, Madrid, 1996) ; Durruti 1896-1936 (Madrid, London, Hamburg, Milano, Paris, 1996) ; Guerre d’Espagne (Hazan, Paris, 1997) ; La cuestión de Marruecos y la República española (FAL, Madrid, 2000) ; CNT 1939-1951, el anarquismo contra el estado franquista (FAL, Madrid, 2001) ; Crónica de la Columna de Hierro (Virus, Barcelone, 2001) ; La guerra de España : paradigma de una revolución (Flor del viento, Barcelone, 2005).

Trois livres d’Abel Paz sont disponibles en français : Buenaventura Durruti 1896-1936 (Les Éditions de Paris, 2000) ; Barcelone 1936. Un adolescent au cœur de la révolution espagnole (traduit par Oscar Borillo, La Digitale, 2001) ; Chronique passionnée de la Colonne de Fer (Nautilus, 2002).

Les édition Rue des Cascades souhaitent entreprendre la traduction et la publication des trois autres volumes de Mémoires : Chumberas y alacranes 1921-1936, Entre la niebla 1939-1942 et Al pie del muro 1942-1954. Il serait bon de s’intéresser aux ouvrages sur Los internacionales en la region española 1868-1872 et La cuestion de Marruecos y la Republica española. La bibliothèque d’Abel Paz et les droits de ses livres reviennent, selon sa volonté, au Centre Ascaso-Durruti, à Montpellier.

A las barricadas  [1]

Negras tormentas agitan los aires
Nubes oscuras nos impiden ver.
Aunque nos espere el dolor y la muerte
Contra el enemigo nos llama el deber.
El bien más preciado es la libertad
Hay que defenderla con fe y valor.

Alza la bandera revolucionaria
que del triunfo sin cesar nos lleva en pos
Alza la bandera revolucionaria
que del triunfo sin cesar nos lleva en pos
En pie el pueblo obrero, a la batalla
Hay que derrocar a la reacción.

¡A las barricadas ! ¡A las barricadas !
Por el triunfo de la Confederación.
¡A las barricadas ! ¡A las barricadas !
Por el triunfo de la Confederación.

Notes

[1Sur l’air de La Varsovienne, A las barricadas est un chant anarchiste de la CNT-AIT pendant la guerre civile espagnole. Les paroles, publiées pour la première fois en novembre 1933 dans un supplément de la revue Tierra y Libertad de Barcelone, ont été écrites par Valeriano Orobón Fernández.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

SPIP | Ouvaton.coop | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0