la voie du jaguar
informations et correspondance pour l’autonomie individuelle et collective

Accueil > essais et documents > appels et déclarations > La poésie, un crime contre l’État

La poésie, un crime contre l’État

mardi 20 octobre 2015, par Solidarité avec Keywan

Appel du Collectif de solidarité avec Keywan Karimi,
cinéaste iranien condamné à la prison
et à recevoir 223 coups de fouet

En octobre 2015, le cinéaste Keywan Karimi a été condamné à six ans de prison et à 223 coups de fouet pour « propagande contre les lois gouvernementales » et « insultes à la sacralité de la religion ». Il était auparavant emprisonné, puis relâché, surveillé et assigné à résidence sous caution.

Ce qui justifie aux yeux du gouvernement iranien cette sentence dont l’application est imminente est un film documentaire sur les murs de Téhéran, dont les graffitis et les peintures retracent l’histoire de l’Iran de la chute du shah à nos jours.

Dans l’urgence d’épargner à Keywan la barbarie d’un tel jugement, il faut compter sur une mobilisation de l’opinion publique où s’enrôleront sans trop de peine les élus de gauche et de droite d’une démocratie corrompue, toujours prête à se servir de l’humanisme comme d’un savon qui lui ôte un peu de sa crasse. Il n’est pas exclu que le gouvernement iranien s’avise aussi qu’il est préférable ne pas agacer inutilement la fausse bonne conscience des hommes d’affaires, toujours en quête de prétextes pour faire monter les prix, escomptant des affaires rentables avec un gouvernement prétendument modéré.

Porter de tels faits à la connaissance de tous est un acte doublement salutaire. Il s’agit bien sûr d’éviter à Keywan une peine inique. Mais il propage inséparablement la conscience que vivre librement selon ses aspirations est la poésie qui mettra fin aux archaïsmes qui persistent à régner partout. La poésie vécue et revendiquée est une violence sans armes, une violence qui n’a pour elle que la résolution de ne pas céder à la peur, aux menaces, à toutes les formes de pouvoirs, qu’elles relèvent de la religion, des idéologies ou des réflexes individuels de prédation.

Collectif de solidarité avec Keywan,
le 16 octobre 2015

Writing on the City
(documentaire de Keywan Karimi, Iran, 2015)

Messages

  • Dans toutes ces ignobles histoires de coups de fouets et autres actes de la barbarie ordinaire je me suis toujours demandé comment les sentences sont calculées. Ici on parle de 223 coups de fouet, 223, est-ce qu’il y a une matrice automatisée pour déterminer l’intensité de la barbarie ou bien, est-ce me fruit d’un pur hasard qui démontrerait l’imperfection du système de la torture.
    J’ose même pas imaginer qu’il s’agisse d’un acte de créativité, 223 coups de fouets prendrait alors une connotation qui placerait l’artiste du mauvais côté de l’instrument mortifère.
    Mais dans ce cas, l’art me ferait gerber...

  • Il y a tant de supposés crimes contre l’état et tant de crimes d’état réels, tant de destins honteux et assassins et tant de vies gâchées, spoliées, détruites, tant de barbarie et tant d’innocences et fraternités bafouées !!!

    Mort aux tyrans, mort naturelle mais rapide

    Respect et solidarité pour celles et ceux qui se lèvent contre la barbarie et pour l’humanité, pour la vie, notre poésie commune.

    Bella

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

SPIP | Ouvaton.coop | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0