la voie du jaguar

informations et correspondance pour l’autonomie individuelle et collective


Accueil > correspondance > Septième ciel

Septième ciel

vendredi 28 juin 2019, par Natalie

Paris, le 26 juin 2019
Amis,

Entendez-vous le vol noir des corbeaux, etc. ?

L’ère étant au retournement (traduction, dans les chairs, d’un vieux fantasme qu’outre-Atlantique on nomme « le génome de la matière » — voir post-scriptum), l’ère donc, étant ce qu’elle est, il se pourrait que de noirs corbeaux et autres volatiles soient en fait nos alliés indéfectibles. À partir de quoi cette lettre vise à vous prier d’émarger au plus tôt à la LPO (Ligue de protections des oiseaux).

Commençons par le début. Il vous arrive d’arpenter les rues aux jours de manifestation n’est-ce pas ? Si, de plus, vous vous lancez parfois dans quelque traverse sauvage, vous aurez certainement aperçu un drone silencieux scrutant le ciel de vos toisons (à tout le moins ce qu’il en reste à nos âges). La chose vous aura surpris une première fois, puis vous aurez cessé d’y prêter attention, gageons donc que vous vous habituerez à ses futurs développements : « Nous devons allier humain et #technologie. Je veux déployer 20 000 boutons de signalement à travers #Paris pour lutter contre les #incivilités et la #délinquance qui accompagneront les 240 drones de protection. » Ainsi tweetait, le 28 mai dernier, Mounir Mahjoubi, un homme efficient s’il en est [1] ! Le format tweet, quant à lui, semble moins performant, il annonce, en effet, qu’incivilité et délinquance accompagneront les drones de protection… lapsus qu’on s’en va de ce pas prendre (à) son pied de la lettre :

Suite aux déclarations de Mahjoubi, un gauchiste sans aucun doute postait une vidéo sur laquelle un drone, près d’atterrir sur un stade de foot, se faisait descendre par un rouleau de papier hygiénique lancé depuis le haut des tribunes…

La planification militante proposée pour faire suite à cette prise de vue était la suivante :

1. Prendre un rouleau de PQ avant de sortir.
2. Appuyer sur un bouton de signalement.
3. Attendre l’arrivée du drone.
4. Neutraliser le drone (cf. le tuto vidéo).
5. Répéter l’opération 240 fois.

La chose m’ayant troublée, j’ai éclusé quelques heures à me demander comment lancer un rouleau de PQ depuis le plan terrestre, celui des boutons de signalement. Dans la vidéo, en effet, le rouleau était lancé depuis un point dominant, comment, donc, lancer avec force un fragile rouleau selon un rapport inversé d’attraction ? J’en étais à me poser cette question complexe et, déjà terrassée d’impuissance par le rouleau du marché servi par les suppôts d’En marche, j’arrivais à la conclusion que la solution planifiée par le camarade semblait devoir, une fois encore, nous conduire au mieux dans une impasse, au pire dans des compulsions de retour à quelque dictature du prolétariat.

Ici vous me pardonnerez si j’ai l’air de faire grand cas de ma pomme et de ses états d’âme, mais la crise existentielle sommairement rapportée à la ligne précédente me semble avoir, sans aucun doute possible, valeur universelle. Raison pour laquelle je vous la partage en espérant :

1. Que vous la reconnaîtrez indéniablement comme vôtre.
2. Que vous m’y proposerez quelque remède.

Mes ami·e·s, mes frères, la RATP nous y engage, cliquez-vous les ci-dessous, testez-vous les fonctionnalités en vous éclatant de conserve, oui, oui, oh oui, éclatez-vous en infimes déclinaisons de besoins à développer en toute simplicité en vue d’un par la suite de radieux commun. À partir de quoi on devrait logiquement, à terme, en déduire ce que l’on a en partage. (Je sens que je m’égare… il semble que prendre son contre-pied d’un lapsus ouvre sur des abîmes délicieusement évanescents.) À ce stade, j’en entends parmi vous me sommer d’apporter une réponse appropriée à la question qui nous occupe : des moyens de descendre les drones de leurs cieux, depuis le plancher des vaches. Aussi réjouissez-vous car vos voix ont été ouïes et, grâce à un fait divers de l’incomparable Parisien, la réponse vous est apportée séant, ici maime.

« Face à la menace des goélands, la préfecture de police réfléchit actuellement à une parade (…). Selon des sources concordantes, plusieurs drones de la préfecture de police de Paris ont essuyé ces derniers mois la colère de ces oiseaux au bec jaune, des goélands de grande envergure. Environ une dizaine d’incidents auraient été recensés par la direction des services techniques et logistiques (DOSTL), dont l’un encore le week-end dernier, lors de l’acte 32 des Gilets jaunes. Ce samedi-là, des oiseaux marins auraient été aperçus à proximité du drone de la PP qui survolait la manifestation (…). Le risque, c’est que ces drones soient heurtés par les volatiles au risque de tomber. “Mais nous sommes très vigilants”, rapporte un connaisseur du dossier (…). Difficile de connaître (toutes) les missions au cours desquelles les drones ont été contrariés. Les engins volant de la PP évoluent dans un certain brouillard législatif… »

Les parades auxquelles réfléchit la PP n’étant certainement pas amoureuses, j’en reviens à mon alerte initiale : il est urgent que tout un chacun rejoigne la LPO. D’autant que si vous lisez l’article dans son intégralité, vous constaterez que les goélands ne sont pas les seuls à nous défendre : « Récemment un drone aurait été victime d’une “horde d’oiseaux non identifiés”, selon l’expression d’un fonctionnaire de la PP alerté sur l’incident. Peut-être des corneilles… » ou, qui sait, des corbeaux ?

Mes ami·e·s, mes frères, j’en reste là pour aujourd’hui, sur cette question qui concerne la présence éventuelle de corbeaux non encore identifiés dans les brigades du ciel (dont le saint patron ne peut-être que Michaël). Bien certaine, par ailleurs, que les assertions ontologico-charnelles qui parcourent cette lettre sont trop lapidaires pour vous avoir convaincus du bien-fondé de mes démonstrations, j’espère néanmoins vous persuader un jour qu’elles sont rien moins que de bonne foi.

En attendant ce par la suite, je vous embrasse bien caniculement.

Natalie

Post-scriptum I. De façon à mettre à jour vos connaissances sans cesse obsolètes en matière d’évolutions permanentes, consultez donc « L’initiative pour le génome de la matière ». Après la qualité et le développement durable, voici la matière non biologique (mais vivante), programmée par l’État US en vue d’optimiser le business. Voici comme, d’une pirouette magico-scientifique, cette génome expérience se définit en prémisse : « A genome is a set of information encoded in the language of DNA that serves as a blueprint for an organism’s growth and development. The word genome, when applied in non-biological contexts, connotes a fundamental building block toward a larger purpose »… (Pour les réfractaires au monde du travail, les seuls à ne toujours pas parler anglais : « Un génome est un ensemble d’informations codées dans le langage de l’ADN qui sert de modèle pour la croissance et le développement d’un organisme. Le mot génome, lorsqu’il est appliqué dans des contextes non biologiques, évoque la pierre angulaire fondamentale d’un but plus large. ») La chose est certes américaine, mais elle est également active dans les entreprises françaises. Pas trop d’inquiétude à avoir cependant, puisque depuis la création de cette « Materials Genome Initiative » par Obama, Trump a été élu.

Post-scriptum II. Grâce aux JO, chacun va sans doute pouvoir s’offrir des tours de drone personnels. La tactique du PQ pourra dès lors être mise en action depuis des positions dominantes, ce qui devrait avantageusement seconder les milices de volatiles, si, d’ici là, elles ont réussi à persister.

« Airbus veut faire voler son taxi volant pour les JO de Paris 2024 »

Notes

[1Mounir Mahjoubi : nommé en 2016 à la présidence du Conseil national du numérique par François Hollande, il démissionne l’année suivante, rejoint le mouvement En marche, où il intègre l’équipe de campagne présidentielle. Nommé secrétaire d’État chargé du Numérique dans le gouvernement Édouard Philippe le 17 mai 2017, il est élu député dans la seizième circonscription de Paris lors des élections législatives de 2017. Nommé secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances et du ministre de l’Action et des Comptes publics, chargé du Numérique, le 16 octobre 2018, il démissionne du gouvernement le 27 mars 2019 afin de se préparer aux élections municipales à Paris. Il reprend son siège à l’Assemblée nationale le mois suivant.

Messages

  • c’est de l’humour un peu désolant mais je me dis que s’ils ont l’idée de protéger les drones en tuant les oiseaux, il peut alors y avoir un vrai soulèvement populaire, car beaucoup de gens seront alors capables de se révolter contre ces tueries d’animaux au-dessus de leur tête alors qu’ils ne le font pas contre des tueries (faites pourtant par les mêmes !) d’humainEs !

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

SPIP | Ouvaton.coop | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0